Entrevue avec Sophie Nélisse

Talents
Partagez

 

Dans cette entrevue, la star montante Sophie Nélisse nous explique comment elle est devenue actrice, qui sont les personnes qui l’inspirent ou encore comment elle se sent à la sortie d’un film.

Est-ce que tu peux nous expliquer ton parcours en quelques mots – de gymnaste à comédienne à maintenant influenceur?

Au début je faisais de la gymnastique, puis, pour avoir de l’argent pour payer toutes les compétitions à l’extérieur du pays, j’ai commencé à faire des auditions.

Au final, j’ai eu beaucoup plus de rôles que ce que je croyais et j’ai donc décidé d’arrêter la gymnastique et de me consacrer au cinéma. Je voyais plus une carrière à long terme dans ce domaine.

En faisant des films, j’ai vu mon audience s’agrandir sur les réseaux sociaux, j’ai eu de plus en plus d’abonnés sur Instagram et je me suis donc dit que ce serait bien d’en profiter pour partager les marques que j’aime, les choses que j’utilise dans mon quotidien et essayer de passer des messages positifs.

 

Avant de vouloir devenir comédienne, quel était ton métier de rêve?

Je n’en n’avais pas parce que j’ai commencé le cinéma quand j’avais environ 9 ans, donc il n’y avait vraiment que la gymnastique dans ma tête à ce moment là. Par contre je sais que déjà à l’époque j’avais de l’intérêt pour le cinéma. Je regardais les publicités de Jean Coutu et je disais: «Hey maman, j’aimerais être dans cette pub-là.»

C’est drôle parce que plus tard j’ai effectivement fait une publicité pour Jean Coutu.

 

En plus de ton métier d’actrice, tu étudies. Dans quel domaine as-tu décidé de te former? 

J’étudie en cinéma. Je ne le fais pas nécessairement pour le cinéma mais parce que j’ai envie d’avoir un plan B. Dans mon cursus, je suis des cours de mathématiques pour pouvoir éventuellement rentrer à l’université en finance ou en communication.

De plus, un jour, j’aimerais vraiment faire de la réalisation et toucher à plus de choses dans le monde du cinéma que je n’ai pas encore eu la chance de faire. Je pense que comédienne, c’est ce qui m’intéresse le plus, mais j’aimerais quand même avoir la chance de réaliser mon propre film de A à Z.

Crédit photo 

 

Quel est ton dernier coup de coeur cinématographique?

Dans les plus récents,  je dirais Bohemian Rhapsody avec Rami Malek. Il était tellement bon! Je n’étais même pas fan de ce groupe-là, mais on dirait que je suis devenue fan depuis le film. Je l’ai trouvé excellent et j’admire les acteurs qui sont capable d’autant changer pour incarner un rôle au point de devenir quelqu’un d’autre pour un film.

A Star is Born aussi, j’ai tellement adoré ce film même si il m’a fait vraiment pleurer. À chaque fois que je le regarde dans l’avion je pleure et ma mère me dit toujours: «Voyons Sophie, ça fait 6 fois que tu le vois! ».

 

Quel(le) acteur ou actrice Québécois(e) t’inspire?

Oui, Karine Vanasse. Je parle toujours d’elle mais elle a vraiment été mon coup de coeur lorsque j’ai tourné avec elle. Elle a tellement les deux pieds sur terre. C’est une femme qui est généreuse, à l’écoute et qui sur le plateau de tournage me donnait toujours plein de petits conseils de la vie. Elle est aussi extrêmement talentueuse. Je m’identifie beaucoup à son parcours qui a été similaire au mien.

Crédit photo 

Quel est ton meilleur souvenir de tournage?

Il y en a trop pour que je trouve le meilleur, puisque chaque plateau est tellement différent!

Une anecdote qui est quand même drôle, c’est à propos de mon dernier film. Ils mettaient du brocoli chaud et du lait caillé dans l’eau. C’était comme se baigner dans une soupe. Aussi, on faisait tous pipi dans l’eau c’était vraiment dégueulasse et ça m’a fait réaliser que mon métier n’était pas aussi «glamour» qu’il en a l’air. Oui on a beaucoup d’avantages et je suis choyée, mais il y a certaines choses moins intéressantes.

 

Comment tu te prépares à la sortie d’un film en sachant que tu auras un intérêt médiatique? Est-ce que cela a un impact dans ta vie quotidienne?

Honnêtement, pas vraiment. Je suis juste moi et c’est sûr que quand un film sort je vais essayer de prendre des photos et d’en parler. C’est toujours difficile, car tu veux en parler, mais en même temps, tu ne veux pas trop en parler pour ne pas avoir l’air de la fille fatigante qui fait la promotion de son film. D’un autre côté, c’est tellement important de le faire pour sauver un peu l’industrie du cinéma.

On a aussi une tournée médiatique pour faire la sortie de chaque film. Par exemple, la semaine passée, j’étais à Los Angeles pour faire la promotion de « Instinct de survie: Piégés ».

On m’envoie aussi les critiques, mais je ne les lis jamais. Tout le monde a une opinion différente et j’aime mieux ne pas lire les commentaires négatifs. Par contre, je vais souvent voir le film avec mes amies en salle pour voir la réaction du public.

 

Comment fais-tu pour rester toi-même sur les réseaux sociaux?

Bien sûr, je fais attention à ce que je publie sur mes réseaux sociaux. Mais je reste moi-même, en fait, je ne suis pas capable de ne pas être moi-même dans la vie et c’est drôle parce que mon métier, c’est d’être quelqu’un d’autre. Mais je trouve que ce serait tellement exigeant d’essayer d’être quelqu’un d’autre et ce serait bizarre au moment où je rencontre des gens et qu’ils voient la vraie Sophie.

Crédits photos les trois

Finalement, quelle est ta recette du succès pour être là aujourd’hui?

L’authenticité c’est la chose qui m’a toujours aidé. Par exemple, quand je suis en entrevue et en audition, je n’essaie pas de plaire. C’est sûr que d’avoir une belle énergie et d’être extravertie c’est également quelque chose d’important dans mon métier.

Mais si je devais donner un conseil, je dirais qu’il ne faut pas abandonner. Il y a des périodes qui sont plus difficiles, mais il ne faut pas abandonner et pas écouter les autres qui disent qu’il faudrait que tu fasses autre chose.

Dans mon métier, c’est du timing et un concours de circonstances. Everything happens for a reason. Quand je ne suis pas prise pour un rôle, c’est dur sur le coup, mais rien n’arrive pour rien.

Questions en rafale!

Si tu pouvais n’utiliser plus qu’une seule application à vie, laquelle serait-ce?
Facetime!

 

Netflix ou YouTube?
Netflix.

 

Quel genre de musique écoutes-tu en voiture?
Ça dépend de mon humeur. Soit du rap (Drake, Eminem) ou les classiques pop, ou du Indie Pop. J’écoute vraiment de tout!

 

Combien as-tu de contacts dans ton téléphone?
541 et je dois en connaître peut-être 40 dans tous ceux-là.

 

Si tu n’avais pas à travailler et aller à l’école demain?
J’irais en premier en Nouvelle-Zélande, et je ferais le tour du monde.

 

Tes comptes Instagram favoris? 

 

Quelle est ta plus grande addiction?
La crème glacée.

 

Le dernier film que tu as regardé?
Mon film de requins, mon propre film.

 

3 choses que tu aimerais accomplir?

Crédits photos: première, deuxième, troisième, quatrième

Discutez-en avec notre équipe visionnaire

Paris
+33.6.48.81.40.53
europe@madein.co
Montréal
+1 (514) 439-9933
info@madein.co

Envie de lire d'autres articles?

influencePleins feux sur Fanny Yockell+influenceInstagram : retour à l’authenticité+influence5 influenceurs qui sont avant tout des entrepreneurs+influence5 livres à lire cet été, écrits par des influenceurs québécois+